Entrez dans un atelier de Droliques

Mathilde a participé pour l’Atelier des Initiatives à un atelier de construction des Droliques.
Découvrez son expérience !

Le participatif fleurit au Jardin des Plantes

Cet été d’étranges plantes fleuriront au jardin des plantes de Nantes. Si vous vous sentez l’âme d’un artiste botaniste, vous pouvez mettre votre imagination et votre créativité à contribution !

Attraction, une saison avec Johann le Guillerm : un projet ambitieux et multiforme

Le projet, qui a débuté en mai 2017, met à l’honneur l’artiste Johann le Guillerm et sa poésie scientifique.
L’artiste a déjà coloré de son univers le Musée Dobrée, le Parcs des Chantiers, le Théâtre Onyx, Théâtre de La fleuriaye, et le Château des Ducs de Bretagne (avec des ateliers participatifs sur les Aplanants dont vous pouvez lire un compte-rendu ici).
La dernière étape de son parcours sera au Jardin des plantes, avec diverses installations, dont les Drôliques, de drôles de fleurs cinétiques !

Des Ateliers créatifs pour les nantais

Les Drôliques sont des fleurs aquatiques poussant dans les bassins. Le climat nantais étant particulièrement approprié à leur développement, elles devraient fleurir à partir de mi-juin et faner autour des vacances d’automne.
Biodiversité oblige, plusieurs variétés de fleurs se développeront dans les différents bassins : les Surgissantes, les Flottantes et les Oscillantes.

Les deux premières variétés de fleurs sont déjà et seront encore (peut-être même grâce à vous !) réalisées lors de 16 ateliers avec les habitants. Des ateliers pour les scolaires et dans des associations et institutions sont également prévus.

Avec un objectif 1000 fleurs à réaliser d’ici début juin, l’équipe de Johann le Guillerm, le SEVE et les associations partenaires sont sur le pont pour gérer la logistique, mobiliser et encadrer les participants.

Les Surgissantes, laissent libre court à l’imagination. Quelques petites contraintes techniques sont la seule limite !

Les Flottantes sont, quant à elles, basées sur une dizaine de modèles proposés par l’artiste.
Lors de la réunion dédiée au médiateurs, une professeure de maths, s’enthousiasme pour ces fleurs : «  Ces constructions sont très géométriques ! On pourra lier ça au programme de maths, notamment pendant la semaine des sciences !  »

Les dernières, les Oscillantes, sont les seules qui ne seront pas réalisées en participatif car leur méthode d’activation nécessite une grande précision dans leur conception.

Construction de Drôliques : on plonge directement dans le grand bassin

Quand on arrive à un atelier, plutôt que de rentrer dans de longues explications pour présenter le projet « Attraction » ou encore expliquer en détail ce que seront les Drôliques, on rentre directement dans le vif sur sujet.
Pas le temps de tergiverser : imaginez !

Les explications viendront ensuite, au fur et à mesure. Au détour d’explications techniques, de questions des participants…

L’ambiance est studieuse et conviviale. Il faut dire que les deux heures ne seront pas de
trop pour réussir à créer chacun au moins une fleur. Certaines participantes sont d’ailleurs là pour la deuxième fois.

Le protocole de réalisation est séquencé et a été pensé précisément par l’artiste.

 

Etape 1 : Inventer des formes et les dessiner sur le papier

Dès notre arrivée, on nous donne une feuille, un crayon et des ciseaux avec pour mission d’inventer une fleur.
« On a le droit de copier sur les autres ?  » s’amuse une participante. Tout le monde rit. « Bien sûr ! Même en partant d’une même idée les résultats finaux sont tous différents. C’est très amusant à observer  » se rejouit Marie Touzeau, médiatrice de l’atelier et chargée du développement des actions transversales à l’Association des Seniors Nantais.

Ceux qui préfèrent recopier un modèle existant se lancent dans la réalisation de Flottantes.

JPEG - 85.5 ko

Les plus férus de botanique, créent des fleurs rappelant des plantes réelles. « Moi je fais un Camélia », précise une participante, fraichement arrivée à Nantes. « Ah bah depuis que t’es devenue Nantaise…. » plaisante sa voisine.

 

Etape 2 : poinçonner son prototype et le tester sur une tige

JPEG - 87.7 ko

Entre l’idée et le résultat, des allers-retours sont nécessaires. Nous devons adapter nos formes pour qu’elles soient esthétiques, tout en n’étant pas trop fragiles.

Une chaine d’économie de papier s’organise entre participants : « Je peux prendre vos chutes de papier pour faire des tests ?  », « Quelqu’un a besoin d’un bout de plastique de cette taille là ? »…

JPEG - 84.9 ko

 

Etape 3 : Peaufiner son prototype, et lorsqu’il est prêt, le refaire dans la matière finale

Au fur et à mesure que certains ont fini leurs propres fleurs, ils commencent à aider les autres à régler les problèmes techniques.

JPEG - 1.5 Mo

L’idée est avant tout de passer un bon après-midi. Ce n’est pas un concours de la plus belle fleur, mais un moment créatif et convivial.
J’ai réussi à garder ça à l’esprit lors d’un petit moment de découragement où je peinais à prototyper ma fleur. Plutôt que de laisser tomber, je me suis demandé à quoi me faisait penser ce que j’avais fait pour le moment…
A une coquille d’escargot ! J’ai alors décidé d’amener un peu de faune auxiliaire dans cette prairie aquatique et fleurie avec un « Escarg’eau » !

JPEG - 96.3 ko

 

Etape 5 : coller à la colle à chaud.

Une fois la fleur prête, il ne reste plus qu’à la coller sur sa tige.
La fixation des éléments de la fleur est une étape sensible que nous avons déléguée à un participant déclaré maître du collage, car sachant manier avec dextérité le pistolet d’où sort une colle à 80° !

JPEG - 39.1 ko

 

Etape 6 : tester dans un bac d’eau

Dernière étape : les fleurs sont testées pour éventuellement les adapter ou les recoller.

JPEG - 71.5 ko

Et voilà une nouvelle Drôlique a fait son apparition dans l’herbier imaginaire créé par les nantais grâce à Johann le Guillerm !

Les créations participatives au Jardin des Plantes, une tradition qui favorise les rencontres et l’attachement à sa ville ?

Depuis plusieurs années, le Jardin des Plantes de Nantes invite des artistes qui proposent des actions participatives avec les habitants.

Ces aventures artistiques ont marqué les esprits, comme le montre l’inventaire à la Prévert des participantes lors de l’atelier Drôliques auquel j’ai participé.
A la fois enthousiastes et un peu nostalgiques, elles ont évoqué : les oiseaux en 2017, les poussins-coussins en 2015, les pompons en 2014… et même des créations encore plus anciennes comme des portes récupérées sur un chantier de démolition et décorées par des retraités, qui avaient été exposées au Jardin des Plantes.

Ces actions sont rendues possible par un fort investissement de l’Association des Seniors Nantais (ex-Orpan).
Marie Thouzeau explique : « Les retraités sont toujours partant pour de nouveaux projets. C’est important pour eux d’être inclus dans les projets de la ville. Ils sont fiers de leur ville. »
Une intuition confirmée par mes discussions avec des participantes : « Nous, on vient pour rencontrer du monde  », puis elles ajoutent en riant « et puis on n’a que ça à faire, non ? »
Elle se projettent déjà à l’été prochain : « Cet été, quand notre famille viendra nous rendre visite et qu’on les amènera au Jardin des Plantes, on pourra leur dire : C’est nous qu’on l’a fait !  »

 

Il reste encore 10 ateliers, les 17, 19 et 26 avril ; les 3, 15, 22, 24, 29 et 31 mai ; et le 5 juin, de 14h à 16h au Jardin des Plantes.

Les Drôliques seront installées à partir du 16 juin jusqu’au vacances d’automne. Pour s’inscrire, il suffit de contacter l’association des Seniors Nantais au 02 40 99 26 00 ou sur www.orpan.fr

Je ne peux que vous conseiller de participer à un atelier. Ils sont ouverts à tous et il y en aura pendant les vacances scolaires. Une petite parenthèse créative entourée de verdure, ça fait toujours du bien !

Mathilde Elie

 

Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter